Affaire Cyril Hanouna : le CSA frappe, le chroniqueur joue la carte de la résistance

0
203

Le jeudi 18 mai dernier, Cyril Hanouna le chroniqueur de Touche Pas à Mon Poste sur la chaîne C8 avait soulevé la polémique en piégeant en direct un homosexuel.

Après s’être joué du jeune homme, Cyril Hanouna aurait eu une attitude homophobe qui lui a valu la foudre du public. Depuis, le chroniqueur est quasi persona non grata auprès des téléspectateurs qui digèrent mal ses propos qualifiés de déplacés et de choquants.
Le polémiste du TPMP sur C8, Cyril Hanouna attendait depuis cet évènement les sanctions du CSA, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, pour entrevoir plus nettement sa carrière. Le samedi 11 juin les sanctions tant attendues sont tombées et ont suscité divers avis de satisfactions et de déceptions. Mais le concerné se maintient au-dessus de la mêlée ou du moins c’est ce qu’il veut faire voir.

Le CSA tendre pour certains, trop sévère pour d’autres, c’est selon

Après mille et une plaintes déposées, mille et un débats houleux, le CSA se prononce enfin sur l’affaire Cyril Hanouna. Il décide d’interdire à la chaine de faire passer de la publicité pendant toute l’émission ainsi que quinze minutes avant et après celle-ci et ce pendant trois bonnes semaines. Une sanction trop lourde pour la chaîne et l’équipe de production qui estime le manque à gagner à 5 millions d’euros. Pour les défenseurs de l’émission comme l’ancien chroniqueur du TPMP Thierry Moreau, une sanction de 50.000, 100.000 ou 200.000 euros aurait amplement suffit, mais 5 millions d’euros c’est carrément vouloir mettre en difficulté financière la chaine elle-même.
Pour d’autres observateurs comme Jean-Luc Romero, conseiller régional IDF, les sanctions du CSA sont exemplaires mais apparemment elles ne serviront à rien car, selon lui, le chroniqueur du C8 continue de provoquer l’opinion publique malgré les nombreuses désapprobations.

Comme un roseau, Cyril Hanouna plie mais ne rompt pas

Ce jeudi 8 juin 2017, comme pour faire un pied de nez aux sanctions décidées par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, l’équipe d’animation de l’émission de TPMP est ses spectateurs présents ce soir-là ont tenu à bien s’amuser avant tout en témoigne les propos de Eric Mendes, le chauffeur de salle du TPMP : « Mais on est là pour passer un bon moment. Amusez-vous ! » Le public chauffé à blanc s’est voulu le soutien et le défenseur de l’animateur qui n’en attendait pas plus. Une femme âgée assise dans le public s’écrit : « C’est des jaloux ! » et la phrase résume assez bien l’état d’esprit de l’émission ce soir-là. Les spectateurs et les animateurs voulaient montrer au CSA et à ses partisans que les sanctions ne briseront pas l’émission ni son esprit.

Le C8 et ses partisans ne comprennent pas l’acharnement du CSA sur leur TPMP

Pour beaucoup de soutien du journaliste, les mesures punitives du CSA sont la manifestation évidente d’une cabale contre l’équipe du TPMP. Ils ne comprennent pas l’acharnement médiatique qui s’abat sur Cyril Hanouna là où d’autres journalistes ou émissions font bien pire. C’est une punition sélective et une cure médiatique ciblée, lit-on, sur le site Franceinfo. Pour ceux-ci la politique du deux poids deux mesures frapperait injustement et durement l’émission satirique Touche Pas à Mon Poste alors qu’elle s’accommoderait bien des dérapages d’autres animateurs.
Cyril Hanouna et sa tribune sont bien décidés à ne pas prêter le flanc à la critique et aux détracteurs qui ne voudraient que les voir plier. Mais ce jeudi le polémiste a tenu à donner le ton de la réplique, un geste mal vu par ceux qui pensent qu’il n’a pas tiré de leçon de la crise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici