La pauvreté gagne du terrain en France

0
186

Les inégalités sociales et la faible croissance en première ligne des causes

Estimé à 14% en 2013, le niveau de pauvreté a encore gagné du terrain en France pour franchir la barre des 14,2% en 2014, soit une progression de +0,2%. Pourtant, une baisse significative avait été enregistrée au cours des deux années précédentes (14,3% en 2012 et 14% en 2013) après l’envolée spectaculaire de 2011 (14,44%). En termes de ressources financières, le seuil s’établit à 1002 euros de revenus mensuels par individu classé dans cette catégorie. La hausse des inégalités sociales et la flambée du chômage sont les deux facteurs essentiels à l’origine de la dégradation du cadre de vie. Avec la croissance confirmée pour 2016 et la réduction des charges fiscales sur les ménages, on pourrait s’attendre à un inversement de la courbe à l’horizon de l’année prochaine.

Les pauvres se comptent par millions dans l’Hexagone

Les conditions de vie des ménages se sont considérablement détériorées au cours des dernières années. Environ 4 millions de foyers seraient concernés par la précarité  aujourd’hui, soit à peu près 9 millions de personnes. Le rapport accablant de l’Unicef tire une fois de plus la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation. Selon l’Organisme, plus de 3 millions d’enfants dans le pays vivraient sous le seuil de la pauvreté, soit une proportion d’un enfant sur cinq. Dans le lot, 30.000 personnes sont considérés comme des SDF (qui lorsqu’ils peuvent se font accompagné par les resto du cœur) et 140.000 en décrochage scolaire chaque année faute de moyens.

Le fossé entre les classes sociales se creuse de plus en plus

Depuis plus d’une décennie, les inégalités sociales n’ont cessé de progresser. Le coefficient de GINI, indice qui permet de mesurer le fossé entre 10% des plus pauvres et 10% des plus riches sur une échelle de  0 à 1, a considérablement penché en faveur des plus aisés. De 2002 à 2012 seulement, le niveau de vie des individus en situation de précarité a baissé en moyenne de -6,2% chaque année contre une amélioration de +11,8% pour les personnes aisées. En 2014, l’indice Gini a enregistré une hausse de 0,04 pour atteindre 0,295 actuellement.

L’impact grandissant du chômage

L’inégalité sociale qui ne cesse de s’agrandir est un corollaire de la faible croissance économique. En 2014, la croissance était établie au seuil de 0,2% alors qu’elle était un peu plus importante en 2013 (0,7%). Ce ralentissement a eu pour effet d’augmenter le nombre de chômeurs dont les demandeurs enregistrés dans la catégorie A ont progressé d’environ 190.000 l’année dernière. Le retour à une croissance substantielle pour l’année 2016 pourrait certainement réduire l’impact de la pauvreté. Timide signe d’encouragement, la hausse de 0,3% confirmée par l’Insee au troisième trimestre qui laisse présager que l’écart pourrait bientôt se resserrer entre pauvres et riches.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici