Origine du 1er mai : une célébration chargée de symboles

0
333

L’origine du 1er mai est le plus souvent associée à l’insurrection ouvrière survenue aux Etats-Unis dans la ville de Chicago en 1886. La fête du travail a été instaurée pour honorer les représentations syndicales qui ont œuvré pour les fameuses 8 heures de travail au cours d’une journée. Mais plusieurs évènements historiques se greffent également à la célébration de cette journée fériée.

Polémique autour du fondement de la fête du travail

L’origine de la fête du 1er mai est marquée par une série d’évènements à la fois sociaux et culturels. Traditionnellement, l’épithète qu’on lui accole est liée au vaste mouvement insurrectionnel lancé par des ouvriers américains dans l’Etat d’Illinois vers la fin du XIXème siècle. Pourtant, cette dimension sociale qu’on lui connaît est loin d’être le seul fondement qui explique ce jour férié. Plusieurs faits historiques, parfois même antérieurs à la lutte syndicale américaine qui a donné lieu à cette journée chômée, viennent justifier cette célébration du travail. Fête du muguet ou encore festivité du maibaum, les appellations ne manquent pas pour désigner cette première journée fériée du cinquième mois du calendrier grégorien. C’est donc une erreur de vouloir associer uniquement la lutte syndicale à cette date chargée d’histoires et de symboles.

L’origine outre-Atlantique de la fête du travail

A l’issue d’une assemblée générale datant de 1884, plusieurs groupes syndicalistes envisagent, au grand désaveu des chefs d’entreprises, de fixer à 8 heures par jour leurs horaires de travail pour les années à venir. De cette décision mal reçue par les patrons américains, va naître un bras de fer qui les opposera aux ouvriers. Pour forcer la main à leurs responsables, les grévistes choisissent la date du 1er mai pour s’abstenir de toute activité professionnelle. Le choix de ce jour est loin d’être fortuit, c’était au cours de cette journée que la majorité des entreprises de l’Outre-Atlantique démarraient leur année comptable. Deux ans plus tard, environ 200.000 salariés aux Etats-Unis obtiennent gain de cause. Mais il aura fallu passer par un tournant tragique avant que la ville des Chicago n’adopte la même résolution. Le premier mai 1886, plus de 400.000 travailleurs revendiquent l’instauration des 8 heures de travail par jour. Mais ils se heurtent à l’entêtement des dirigeants de l’époque, ce qui occasionne une prolongation de l’insurrection ouvrière jusqu’au quatrième jour du mois. Les ouvriers finissent par avoir le dernier, mais au prix plusieurs pertes en vies humaines. C’est en l’honneur de cette victoire symbolique des ouvriers américains que cette journée a été déclarée fériée tous les ans.

Le 1er, jour férié, a aussi une résonance culturelle

En marge de lutte syndicaliste qui s’est déroulée au Pays de l’Oncle Sam, le jour désigné comme étant la célébration du travail est empreint de plusieurs symboles. En France par exemple, cette journée s’associe à la fête des muguets, une tradition dont l’origine remonte au règne du roi Charles IX qui a gouverné la République de 1560 à 1574. Il avait pour coutume chaque an des brins de muguet aux dames qui fréquentaient la Cour sous son empire. Mais ce n’est que trois siècles plus tard, précisément en 1976, que cette coutume royale a été fédérée avec ce jour chômé.

Le férié de mai célébré différemment dans le monde

La célébration de la fête du travail a pris une dimension internationale au fil des années. A notre époque, de nombreux pays reconnaissent cette journée comme un jour d’inactivité. Mais contrairement à la plupart des Etats qui le célèbrent à sa date ordinaire, ce férié du cinquième mois de l’année est fixée à la date du 23 novembre au Japon et fêté le premier septembre aux Etats-Unis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici