Haute-Loire : Pour la séparer de son copain, sa famille commet l’impensable

0
174

La bénédiction des parents dans une vie de couple est toujours très importante, ou du moins, fortement symbolique.

Cependant il peut arriver que ces parents n’apprécient pas ton ou ta conjoint (e) pour une raison ou pour une autre. Alors ils te font comprendre que tu dois le ou la laisser pour ton bien. Mais ils n’obtiennent pas toujours gain de cause et certains abandonnent leur projet pour vous séparer. Par contre d’autres se radicalisent et commentent l’impensable.

Une famille à Saint-Ferréol-d’Auroure en Haute-Loire a séquestré sa propre fille qui fréquentait un jeune dont on ne voulait pas. Sa réaction désespérée a failli tourner au vinaigre n’eut été la promptitude la gendarmerie alertée par le petit copain en personne. Retour sur cette histoire incroyable en Haute-Loire.

Le droit de regards des parents sur les relations amoureuses

Dans beaucoup de société encore ce sont les parents qui décident des relations conjugales ou amoureuses de leurs progénitures. Même dans les sociétés les plus évoluées, les parents se sont toujours arrogé un droit de regard sur les liaisons de leurs enfants. Dans notre affaire qui se déroule Saint-Ferréol-d’Auroure en Haute-Loire, une famille n’apprécie pas les relations entre leur fille et un jeune homme. Les deux jeunes amoureux ont tous les deux dix-huit ans. Les parents qui n’aimaient guerre le copain de leur fille, aurait tout fait pour les séparer, mais rien n’y fit. Alors aux grands maux les grands moyens, du moins c’est ce qui sous-tend la dernière tentative de la famille.

La grande artillerie

Pour mettre définitivement fin à la relation qu’entretenait leur fille avec cet adolescent, la famille décide d’employer les grands moyens. Trois membres de cette famille aidée d’un ami s’embarquent alors dans une opération séquestration. Pour mener à bien celle-ci les individus utilisent un matériel spécial et incongru. Il s’agit d’une bombe lacrymogène et d’un manche à balai. C’est avec ces armes que les quatre individus sont passés à l’attaque. Leur fille se trouvait chez le jeune et c’est là-bas que le commando est allé l’enlever. Ils ont fait irruption dans l’appartement sans prévenir. Malgré les tentatives de l’adolescent pour faire obstacle à leur funeste projet, la fille a été embarquée. Maîtrisé, le jeune n’a pu que se résoudre à les laisser s’échapper et appeler la gendarmerie. Alertée, celle-ci se met à leurs trousses aussi vite qu’elle le peut.

Dénouement de la crise

Après avoir enlevé leur propre fille, les trois membres de la famille et leur ami l’ont transférée dans plusieurs endroits. En effet, les malfrats ont séquestré l’adolescente dans les domiciles des différents membres du commando. Ainsi, la jeune fille a été emmenée d’abord à Unieux puis au Chambon-Feugerolles dans la Loire. C’est dans ce dernier lieu que la victime a été retrouvée et les preneurs d’otage arrêté. En tout une trentaine de gendarmes a participé à l’opération qui s’est soldé par un franc succès et sans victime. Les quatre individus ont été placés en garde à vue et seront jugés en janvier 2018 devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay en Haute-Loire.
Finalement il n’y a pas eu de victimes ni de blessés de cette prise d’otage insensée. Pour s’être opposé à l’amour de deux jeunes êtres, les quatre membres du commando feront face à la justice. Le délit « enlèvement, séquestration et violences avec armes » est un acte grave passible d’une lourde peine judiciaire. Ce sera une leçon pour tous ceux qui s’opposent encore à la relation de deux êtres. N’est-ce pas que l’amour se vit à deux et non à mille ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici