Banque de France : Les défaillances d’entreprises ont baissé dans l’Hexagone

0
152

La banque de France confirme dans son dernier rapport un repli généralisé de la déficience

L’actualité sur les défaillances d’entreprises ont baissé de façon substantielle en France et au cours de l’an dernier. Dans son rapport rendu public le lundi 8 février 2016, la Banque de France a constaté une nette amélioration de l’état des entreprises. Fin novembre 2015, le pays comptait 62329 entreprises Française déficientes contre 63299 au cours de la même période en 2014, soit un taux de repli estimé à -1,5%. Tous les secteurs d’activités ont été touchés par ce vent de contraction à l’exception de quelques domaines encore plongés dans le rouge. Après la baisse notoire survenue au mois d’octobre dernier, l’espoir d’une véritable rétraction a vite été douché par la hausse en novembre. Mais la situation pourrait encore se dégrader en décembre selon certaines estimations qui restent toutefois à confirmer.

Les ETI et grandes entreprises s’en sortent mieux que les autres

Le redressement judiciaire s’est moins manifesté du côté des entreprises de taille intermédiaire et des multinationales. En novembre 2014, le nombre d’entreprises déficientes était de 59 pour ces deux catégories. Douze mois plus tard, ce chiffre est tombé à 42 avec 17 firmes en moins. La défaillance a été moins ressentie par les ETI et grandes structures dont la rétraction reste la plus importante avec un taux de -28,8%. Pour leur part, les PME non reconnues comme microentreprises se contentent d’un recul à hauteur de -7,9%, maigre consolation en revanche pour les microentreprises où la baisse de la déficiente est seulement de -0,5%. Notons également que les compagnies d’assurances et activités financières s’en sortent plutôt bien aussi de leur côté dans Statistique de Banque de France PME 2015. De 493 firmes concernées en 2014, on passe à 415 sociétés en situation de malaise pour l’année suivante.

La contraction ne fait l’unanimité dans tous les secteurs d’activité

La rétraction de la défaillance s’est manifestée de façon généralisée dans la plupart des secteurs d’activités en France. L’informatique et la communication sont les deux domaines qui tirent le mieux leur épingle du jeu grâce à un taux de déficience fixé à -8,7% entre les mois de novembre 2014 et de 2015. Sont aussi concernés par cette baisse les domaines de la construction (-2,0%), l’immobilier (-3,6%), le transport et l’entreposage (-6,9%) ou encore l’industrie (-4,9%). En revanche, certains secteurs d’activité font figure d’exception à l’image de la restauration et l’hébergement qui continuent tous deux de couler (+6,3%) ou aussi la santé et l’action sociale (+4,3%).

Une tempête après le calme ?

Les chiffres officiels de décembre ne sont pas encore connus mais les premières données laissent présager une croissance de la déficience entre 2014 et 2015. Elle passerait désormais à (+0,9) pour un total de 63017 entreprises en situation de redressement ou de liquidation. La contraction serait lors moins importante que prévue et des secteurs comme la restauration sombreraient encore plus dans le chaos avec un taux supérieur à (+8%).

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici