Les 8 plus grands criminels des années 2000

0
79
Meurtrier en série années 2000

Malgré les avancées technologiques, les tueurs en série prolifèrent toujours dans notre société. Au cours des années 2000, 8 grands criminels ont fait la une des tabloïds et médias internationaux pour avoir tué des dizaines de personnes, souvent sans raison valable.

Nordahl Lelandais mérite-t-il d’être classé parmi les 8 plus grands criminels des années 2000 ? A certains égards la réponse est oui, car même s’il n’a à ce jour reconnu que deux meurtres, l’ancien militaire de 35 ans suscite toujours l’intérêt des enquêteurs en France, car soupçonné dans plus d’une dizaine de disparitions inexpliquées dans l’Hexagone. Dans ce top 8 des plus grands criminels des années 2000, notons aussi la présence de la française Céline Lesage qui avait complètement laissé certains sans voix en donnant la mort à six nourrissons qu’elle avait eus avec ses ex-petits amis. Certaines victimes ont été poignardées à mort par ces serial killers, tandis que d’autres ont opté pour des méthodes plus drastiques.

8e Yoo Young-chul (Corée du Sud)

L’on ne saurait évoquer l’histoire des plus grands criminels de la Corée du Sud dans les années 2000 sans citer le nom de Yoo Young-chul. Selon les informations officielles dont nous disposons sur sa biographie, ce grand criminel sud-coréen serait né le 18 avril 1970. Père d’un enfant et aujourd’hui divorcé, Yoo Young-chul a été mis aux arrêts par la police sud-coréenne après avoir été reconnu coupable de la mort de 19 personnes. Mais contre toute attente, le tueur en série a avoué lors de son audition devant les juges qu’il avait au moins 26 meurtres à son actif. Yoo Young-chul avait des cibles particulières à son tableau de chasse. Les femmes assassinées par ce serial killer sud-coréen entre 2003 et 2004 étaient pour la plupart des prostituées ou des femmes accroc à la vie nocturne. Yoo Young-chul ne se privait pas aussi d’ôter la vie à certaines femmes riches d’un âgé un peu avancé. Lors de son audition, le meurtrier sud-coréen a laissé entendre qu’il avait même mangé certaines parties du corps de ses nombreuses victimes, une affirmation qui reste difficile à confirmer. D’après la police, cette haine qu’éprouvait le tueur en série sud-coréen s’expliquait par le fait que sa femme qui était une masseuse avait mis fin à leur union en 2002 pendant qu’il était incarcéré pour un délit de vol.

7e Dale Hausner et Samuel Dietman (Etats-Unis)

Baptisé les « Phoenix serial shooters », Dale Hausner et Samuel Dietman sont deux tueurs en série qui comptent à leur tableau au moins 8 personnes tuées et 19 blessés. Selon les enquêteurs, le duo criminel serait impliqué dans au moins 29 fusillades qui ont eu lieu ces dernières années dans l’Etat de Phoenix, certains rapports de la police évoquant même le chiffre de 38. Dale Hausner et Samuel Dietman ont été reconnus coupables d’une série de meurtres survenus entre 2005 et 2006. Le duo a été jugé pour le meurtre de David Estrada, mort à l’âge de 20 ans à la date du 29 juin 2005. Quelques mois plus tard, le duo de criminel abat Nathaniel Shoffner, un homme de 44 ans qui essayait de sauver un chien des balles meurtrières des serial shooters de l’Etat de Phoenix. Selon les informations fournies par la police, le dernier meurtre commis par Dale Hausner et Samuel Dietman remonterait à juillet 2006. La victime, Robin Blasnek, une jeune femme âgée de 22 ans, a été tuée tard dans la soirée aux environs de 23h15. Un mois plus tard, la police publie un rapport qui met en cause les deux tueurs en série américains dans le meurtre de Robin Blasnek. Après la sentence du tribunal, Dale Shawn Hausner s’est suicidé dans sa cellule le 19 juin 2013 alors qu’il purgeait sa peine. Son complice est quant à lui toujours en prison sans possibilité de libération conditionnelle.

6e Céline Lesage (France)

L’histoire de la criminalité en France dans les années 2000 se souviendra encore de Céline Lesage, une femme qui pour des raisons encore inconnues et incompréhensibles, a ôté la vie à ses propres enfants. Né en 1971, Céline Lesage a assassiné six de ses nourrissons qu’elle avait eu deux précédents petits amis. Son secret d’infanticide était soigneusement gardé jusqu’à ce que l’un de ses petits amis répondant au nom de Luc Margueritte fasse une macabre découverte dans le sous-sol de l’appartement qu’il partageait avec sa conjointe. En effet, le compagnon découvre dans le sous-sol de l’appartement qu’il partageait les corps sans vie de six enfants le 19 octobre 2007. Une enquête est rapidement ouverte pour savoir dans quelles circonstances ces six enfants ont été tués. Quatre des six enfants tués sont morts après avoir été étouffés par leur mère tandis que les deux autres nourrissons ont perdu la vie par strangulation. Céline Lesage souffrait-elle de troubles psychiques ? Seule certitude, aucun rapport médical n’est venu affirmer cette thèse. Plus inquiétant encore, la meurtrière a reconnu, au cours de l’une de ses audiences, qu’elle avait agi en parfaite connaissance de cause et qu’elle était conscient au moment des faits, comme nous le rapport le journal français 20 minutes dans l’un de ses articles datant de 2010 : «Ce que j’ai commis, ce que j’ai fait, j’en ai conscience. J’ai conscience que j’ai tué mes bébés, les enfants que j’ai eus avec mes deux compagnons, mais c’est trop dur (…) Je voudrais comprendre, mais j’y arrive pas». En mars de 2010, Céline Lesage est condamnée à 15 ans de prison pour six infanticides commis entre 2000 et 2007.

5e Yoni Palmier (France)

Surnommé le tueur de l’Essonne, Yoni Palmier fait partie des plus grands criminels des années 2000 pour avoir tué 4 personnes en l’espace de six mois. Les meurtres commis par Yoni Palmier ont eu lieu entre le mois de novembre 2011 et d’avril 2012. Agé de 39 ans actuellement, bientôt 40 au mois de décembre, le tueur en série français avait un casier judiciaire assez chargé avant d’être épinglé pour le meurtre de quatre personnes. En 2004, le tueur de l’Essonne avait écopé de huit mois de prison ferme pour avoir agressé et blessé sa mère au couteau, mais aussi pour port d’armes illégalement. Mais les huit mois passés en prison n’ont visiblement pas assagi Yoni Palmier qui dans passera désormais au meurtre. Sa première victime, Nathalie Davids, travaillait dans un labo. Son corps ensanglanté a été découvert par l’un de ses voisins sur le parking de la résidence où elle habitait. Transportée d’urgence à l’hôpital, Nathalie Davids décède malheureusement le 27 novembre 2011. L’autopsie a révélé que l’employée de labo avait reçu sept balles de son agresseur. Quelques mois plus tard, le 12 février plus précisément, Jean-Yves Bonnerue, est tué dans le même endroit et dans les mêmes circonstances. Mais contrairement à la première victime, le cadre de 52 ans sera tué lui d’une seule balle dans la tête. Un mois plus tard, Marcel Brunetto, ancien employé de banque qui était à la retraite, trouve la mort après avoir reçu une balle dans la nuque. Placé en détention provisoire en 2013, Yoni Palmier sera finalement condamné à la prison à perpétuité deux ans plus tard pour quatre homicides commis dans l’Essonne.

4e Honoré Zanchi (France)

Contrairement au tueur de l’Essonne condamné à la perpétuité, le dromois Honoré Zanchi qui a tué trois personnes entre 2008 et 2009 pourrait respirer le gout de la liberté, enfin s’il arrive à vivre jusqu’à l’âge de 82 ans dans sa cellule. A la différence de certains sérial killers qui tuent pour le plaisir, Honoré Zanchi a tué trois personnes pour des raisons bien particulières, pour venger l’un de ses amis tué par deux balles. Jean-François André, ami d’enfant de Zanchi connu aussi sous le nom de Nono, a été assassiné en août 2003 de deux balles près de son domicile en Ardèche. En plus d’être l’ami d’enfance de Zanchi, le bikeur Jean-François André était le chef d’une bande dénommée Outlaw. Pour venger donc l’assassinat de son meilleur ami, Honoré Zanchi n’hésite pas une seule seconde à enfreindre les lois, allant même jusqu’à tuer des personnes qu’il soupçonnait d’avoir assassiné son ami d’enfance. Les trois victimes d’Honoré tuées entre 2008 et 2009 étaient des personnes qui connaissaient parfaitement le bikeur Jean-François André, ce qui a conforté la police dans sa théorie de meurtre par vengeance. En 2012, Honoré Zanchi sera une première fois condamné à la prison à perpétuité pour trois homicides. Mais après avoir fait appel de la décision, il verra sa peine se réduire. En 2013, le dromois surnommé Nono est condamné à 30 ans de prison ferme.

3e Nordahl Lelandais (France)

L’affaire Nordahl Lelandais est une histoire qui cache encore de nombreux secrets. L’ancien militaire de 35 ans originaire de Domessin est toujours en attente de sa sentence, après avoir été reconnu coupable de deux meurtres l’année dernière. Chronologiquement, sa première victime était un jeune caporal de 22 ans avec qu’il avait pris en stop dans la nuit du 12 avril 2017. Si rien ne permettait de relier l’ancien militaire à la disparition et au meurtre du caporal Noyer, la disparition de Maëlys, une fillette âgée de 9 ans, permettra aux enquêteurs d’établir un lien entre Lelandais et le caporal. Mis en examen dans la disparition de la fillette de neuf ans, l’ancien militaire de 35 ans écopera une seconde mise en examen dans le cadre de l’enquête sur la disparition du caporal Noyer qui n’a plus donné signe de vie depuis le 12 avril 2017. En février 2018, accablé par les preuves, notamment la découverte des traces de sang de la fillette dans sa voiture, Nordahl Lelandais passe aux aveux en confessant aux juges d’instruction avoir accidentellement tué la petite Maëlys. Malgré ses justifications, les juges d’instruction auront du mal à croire en la thèse de la mort par accident. Coincé par les bornages téléphoniques, l’ancien militaire de 35 ans avoue un mois plus tard le meurtre du caporal Arthur Noyer. Là encore, le meurtrier français fait valoir la thèse de la mort accidentelle comme argument de défense. Toujours dans l’attente de sa condamnation, l’ancien militaire de 35 ans est aussi soupçonné dans plusieurs affaires de disparitions survenues ces dernières années dans l’Isère.

2e Mohan Kumar (Inde)

Avant d’aller plus loin, il convient de préciser que le Mohan Kumar dont il s’agit ici n’est pas le grand réalisateur indien qui compte à son actif plus d’une dizaines de films, mais plutôt le sérial killer que l’on surnommait Cyanide Mohan. Né en 1963, le meurtrier en série indien a été jugé et reconnu coupable de la mort d’une vingtaine de femmes. Comme le tueur en série sud-coréen, Mohan Kumar visait aussi des cibles bien particulières. En effet, Cyanide Mohan prenait pour cible les femmes qui étaient à la recherche d’un mariage, plus précisément celles qui étaient dans l’incapacité de payer la dot du mari. Après avoir attiré ces femmes vulnérables dans les mailles de ses filets, Mohan Kumar leur donnait des comprimés de cyanure en leur faisant croire que c’était des comprimés contraceptifs. Condamné à mort en 2013 pour le meurtre de 20 femmes, Cyanide Mohan n’a jamais reconnu sa responsabilité dans ces homicides.

1ere Timea Faludi (Hongrie)

Timea Faludi était une infirmière hongroise de 41 ans qui a été mise aux arrêts le 19 février 2001, soupçonnée d’avoir tuée 40 patients. Les meurtres auraient été commis entre 2000 et 2001. Les victimes de Timea Faludi étaient majoritairement des personnes âgées admises à l’hôpital, des patients en phase terminale qui étaient manifestement voués à une mort certaine. Pour abréger donc leur souffrance Timea Faludi recourrait discrètement à des substances toxiques dont elle se servait ensuite pour empoisonné ces patients dits condamnés à une mort. Après avoir reconnu être coupable de la mort de 40 personnes, Timea Faludi est revenue sur son témoignage durant son procès. Les corps qui devaient servir de preuve dans l’affaire ayant été incinérés, l’infirmière hongroise a écopé d’une faible condamnation, 9 ans de prison ferme pour être plus précis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici