La France : mauvais exemple de l’emploi dans le secteur privé

0
329

Le pays reste loin derrière ses voisins européens dans la lutte contre le chômage

La France est actuellement l’un des mauvais exemples du Vieux continent en termes de création d’emploi dans le secteur privé. Sur la période allant du début du second semestre 2013 à la mi-2015, la faible proportion enregistrée par le pays laisse à désirer. On estime à environ 57.000 le nombre d’emplois qui auraient été créé dans l’Hexagone entre ces deux années, un triste score lorsque jette un  regard sur les statistiques de nos voisins. Contrairement à nous, l’Espagne aura créé plus de 610.000 emplois hors fonction publique, le chiffre de l’Allemagne et de l’Italie étant respectivement de 482.000 et 228.000. Malgré la montée en force des pme hexagonales depuis quelques années, le pays reste tout de même moins réactif à la situation catastrophique du chômage qui dépasse la barre des 10% de la population active.

Un retard compensé dans le secteur public

Les chiffres décevants de la création d’emploi en France présentent une toute autre réalité ailleurs. En dépit de ce sinistre résultat, le pays affiche un visage plus rayonnant en ce qui concerne les emplois générés pour le compte du public. Au cours de la même période, les chiffres pour le secteur public étaient estimés à environ 223.000, une bien meilleure performance par rapport à ses voisins sauf l’Allemagne qui affiche plus de 230.000 emplois générés. Cette disproportion entre le secteur public et le privé au pays met en évidence l’inefficacité des mesures mises en place pour accompagner les entreprises dans la création d’emploi.

L’Hexagone moins flexible que ses autres voisins du Vieux continent

L’un des facteurs qui freine à coup sur l’emploi privé se trouve dans les charges fiscales imposées aux entreprises. Au niveau de l’assouplissement de la fiscalité pour les sociétés et en l’occurrence les pme, le pays a encore d’énormes à faire. Hors de nos frontières, la flexibilité reste le maître mot des états qui au regard des chiffres nous devancent largement en termes d’embauches dans le domaine privé. A titre d’exemple, l’Allemagne s’est depuis les années 2000 appuyée sur la modération des salaires. Le Portugal et l’Espagne ont également suivi Berlin dans sa politique mise en place.

L’inversion de la tendance grâce à la croissance annoncée du Pib ?

La croissance du Pib est indissociable de la création d’emploi dans le secteur public comme privé. Le cas de l’Espagne illustre parfaitement ce rapport de cause à effet. Grâce à un Pib annuel dépassant les 3% ce pays est parvenu à réduire considérablement son taux de chômage alarmant de plus de 21%. Partant de ce principe, la hausse confirmée du Pib français devrait probablement contribuer à redonner un peu d’équilibre à l’emploi en dehors du secteur public. Mais on peut quand s’interroger si la faible croissance aura réellement un impact sur le chômage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici